Search

Un poil' enceinte et des poussiereuh

I’m Not A Supermom ( and don’t want to be one)

12369155_10208182522300134_1457399790797552738_n.jpg

Words have powers. I may say super powers.

That’s why I’m always careful about what I read and mostly interested about the commentators and their insights.

Words are so powerful that they can trick us, lie to us, make us believe that life should stick to some attractive simplistic wording.I’ve seen many times posts on facebook telling the moms that they are «supermothers » or « superwomen » and some of them bragging about it or supporting this idea. Like, these cartoons of moms, doing the multitasking and everyone is putting smileys and stating « yes that’s so true ! » as if it was banal.

Why is it that when I see those cartoons (that yes are funny in their own ways), I have a little rictus followed by the intuition that somehow we are banalizing the multitasking suffering of many thousands of (millions) mothers around the world ?

Then there is this appelation « superwoman » ou « supermother » or supersomething, as if we were in a kind of competition or a kind of festival where you receive an oscar for being a mother. Women with powers, that’s how we are being represented. Superwomen if you prefer.

But I’m not any of that.

To be honest, I’m not a supermom, never was and never will be. When I don’t feel like changing the diaper of my daughter, I don’t take on myself, i say it out loud, I tell my husband to help me, I say : « it’s your turn ». It doesn’t make me feel bad about myself, or guilty or powerless.

When I don’t feel like spending the whole day with my daughter, I express it. I don’t say : there’s no other way, I have to sacrifice completely.

Nope. I do know the difference between being responsible and being a martyr. And I’m not a martyr. There’s no way I’ll be a martyr. There’s no way I don’t express once in a while if not everyday what I need to balance my life as a woman and a mother.

When i do actually breastfeed my daughter still, I’m really, but REALLY, not proud of it. I’m not doing it to prove anything to the world ( if I want to prove something to the world, I’ll do by different means). No. I breastfeed because I want to breastfeed and I’m confortable with it, but if at some point I can’t take it anymore ( And this some point could be tomorrow) well I will stop. I won’t stick to any dogma of any kind telling me that I should do it for two years or more. I will follow my intuition. And this intuition is not some kind of superpower, it’s just intuition.

I’m tired of tired mums not standing up for themselves, no speaking out their truth, not realising that they can be mothers and women at the same time. And of course, I’m tired of husbands and families who don’t offer support.

You who are reading me you are probably a mum and I’m talking to you. I’m telling you : you have nothing to prove baby and you must always remember to care about yourself. To cuddle yourself, have your own space and never think in terms of sacrificying to the point that you are sacrificying yourself.

The thing is your baby needs you to be happy. He needs it more than anything in the world. If you’re not happy, you might give him the milk but you won’t as Erich Fromm puts it  « give him the honey ». So be true to yourself, to your specific needs and ask for support.

I’ve talked to so many mothers who think they have already lost the battle against what seems to them ” fatality”and are just going to «put their life entre parenthèses”.

But come on, this is not what motherhood is about ! Motherhood is indeed a big challenge made of some sacrifices but it shouldn’t stop us from being ourselves and treat ourselves right ! There is always a way out, a way to stand for our rights and sanity and yes we might not be superwomen or supermoms but we are responsible adults and we are, at some point responsible of our mental health.

And what is valid and fine for your neighbourg might not be valid to you. What suits one doesn’t necessarily suit someone else. There’s nothing like supermoms. There are only moms, different moms, beautiful and unique moms in their ways of being moms.

Period.

And we should never compare one with another. It’s like comparing kids, it is useless, mean and never worth it. If you who are reading me are not mums and want to help a mum then give pieces of advice or listen. I’m  tired of people who won’t give any practical advice but just say that you are wonderful in what you are doing when in fact you are asking for help.

Real help.

Really, do you think we need to be told constantly that we are amazing because we gave birth? Do you think motherhood is some kind of romance? I’d rather have someone telling me the truth, telling me that I need to take a break, breathe, change my haircut then someone seeing me as the perfect cliche that stupid adverts on telly vehiculate.

I’m not a supermom but I’m Tulsi’s mother and I want her to grow with a heatlhy humanbeing who stands up for herself so one day she will stand up for herself!

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Having a baby is not a romantic love story

1902999_10208262829507764_4205569652916419759_n

Having a baby is not the story of love you would think it is before u actually give birth.

The fact is the baby and you don’t just stare at each other in love. Its rather you looking at him and giving everything.

Your time. Your thoughts. Your love. Your nights.

Everything.

Everyday a little more tired, but everyday here and present. Everyday replying : I’m here mum, I’m coming mum, don’t cry mum.

Every damn day.

When you think that you can’t take it anymore, you are still there, standing on your feet. You used to swear that you would never cope being deprived of sleep but here you are, deprived of sleep, and still standing on your feet.

Overcoming, enduring, giving.

Looks like a battle but it’s not. There’s nobody to fight against to, there’s no battlefield, there’s only you and your baby.  The turmoil that agitates you is inside. It’s between you and you. You and the mother who is becoming. You and this part of yourself that is drastically changing. You and this emerging you who is becoming….

The contemporary conditions of mothering are not easy and you might think like many mums  that you are just crazy before even blaming the lack of support of the society you live in.

Yet, you are the giver. Doing almost everything by yourself.

Giving. Giving. Giving.

And the baby just takes it. In return you will never hear thank you or have a kiss back. He takes, takes, takes.

And you just give, give, give.

It might be the first time actually in your life that you’re basically just giving. And not expecting anything in return because simply it’s in the baby’s nature to receive and it’s in the mother’s nature to give. Look at the Mama earth, it never stopped giving.

Just like the rain pours the ground, it just rains, rains, rains, and in the beginning nothing comes out from the rain. The ground is flooded with water.

You reach this point where you question yourself. Why did I become a mother? Why am I so tired? Am I doing something wrong? Am I a bad mother?

You might torture yourself, you might even get depressed. But, in the meantime, you are growing inside of you the mother. Whoever is this mother, depressed or not, she is still the mother. She is still the number one caregiver to this child.

And it is you.

And here you are, transforming, growing, and giving this infinite love that you didn’t expect from yourself. It’s making you selfless everyday, more humble, more sensitive, more aware of the world we live in.

You are starting to discover yourself through this selfless person in you. You meet yourself, the selfless you, and this is exactly when you are just starting to receive.

You didn’t expect to meet this new you, this woman inside of you who not only moans and cries but also, once in a while, says with surprise and happiness : “Oh my god, I love this child”.

Things are hard, but as your life is changing, your perspective is changing too.  From this selfless love you are actually blessed with the discovery of another meaning to things and to life. You are given this chance to experience life in ways you’ve never imagined.

You are strong. You are stronger than ever. Yes tired and messy. But deeper.

The dark circles under your eyes are nothing compared to the strengh that you can feel in your ability to handle the situation.

Your heart is opening. You are less judgmental, more loving, more aware of the precarity of life, more aware of the time flying.

You might even be more aware of yourself because for the first time you are looking at yourself changing so quickly because of love.

No, having a baby is not a romantic love story. It’s a story of love.

You are a mother. And mothers are love.

When you have a baby, you are actually, without realising it, practicing karma yoga.

You are eating everyday spiritual food for the soul. Revealing the divine you.

And it is still raining but you have gradually accepted that your life is upside down because the ground is also a field of flowers. It just takes time for things to grow just like it takes time for us to accept the mother in us. And when it happens, when you finally accept, even if it’s only for a few minutes, the ground becomes flooded with flowers. Infinite colours of a heart opening to all.

 

Je vais chercher ma fille

 

photo 2

Tous les jours, en allant à  la garderie pour aller chercher ma fille, je dois traverser la rue Gouraud pour arriver devant un marche-pietons complètement dominé par les roues de 4/4 enflammées. Y a des effluves de mazout mêlées aux pots d’échappement qui ruissellent des toxines qui troublent un peu mon regard mais je suis sure pourtant que le feu est vert pour moi, et non pour eux, même si une petite Vespa fait semblant de ne pas le voir et trace devant moi.

Je vais chercher ma fille.

Le trottoir, je le toise, pour éviter les merdes de chien, mais surtout, surtout, pour éviter les voitures qui les arpentent, qui s’y garent, et parfois mon regard croise celui de l’invité, et il me dit : sorry en insistant sur le i. Je dévie le trottoir, je regarde la gueule immense du pare-brise de ce monstre, j’ai maintenant la moitié du corps sur la route, la moitié de l’autre corps sur le trottoir, je titube un peu, maladroite, mal à  l’aise. Je dois me diviser en deux.

Je vais chercher ma fille.

A l’extérieur d’un bar qui se fait une beauté a coup de produits de lavage qui puent, un groupe d’amis fument des clopes, et pour les éviter le plus possible, je dois encore dévier la moitié de mon corps sur le trottoir .Je suis maintenant un quart de personne. Le trois quart de l’autre est complètement piétinée par les voitures, les cigarettes, la pollution.

Je vais chercher ma fille.

J’avoue, je pense. je pense beaucoup. Je me demande par exemple comment je vais continuer à  chercher ma fille dans ces conditions-la, et comment faire pour lui éviter absolument et éviter à  moi-même de me chopper une saloperie de maladie avec toutes ces conditions environnementales grotesques. Je nous imagine déjà malades, déjà souffrantes. Et puis les gens que je vois n’ont pas l’air heureux. Je leur souris, ils trouvent ça bizarre. Je continue quand même à  sourire. il faut bien un peu de joie.

Je vais chercher ma fille.

Un automobiliste klaxonne bruyamment, un autre lance des insultes, ils sont tous pressés, mais moi, je  vais chercher ma fille, c’est tout.

Je le fais tous les jours, c’est cela le problème.

Tous les jours, je vais chercher ma fille.

Et tous les jours j’apprends aux autres comment respirer, comment se relaxer, comment utiliser leurs corps, le détendre, le rendre plus fort, plus souple. Pour la relaxation finale, je leur dis de relâcher leurs pieds, puis leurs jambes, puis leurs dos, puis…

Alors je me l’auto- suggère  en allant chercher ma fille, je me dis : relaxe Maya, c’est le monde, accepte-le, et traverse la rue sans négativité. Envoie ta bonne énergie.

Le feu passe au rouge, je presse le pas pour ne pas mourir. J’entends déjà le moteur de la voiture en face de moi prête à m’écraser. Relaxe Maya, relaxe, respire….

Tu vas chercher ta fille….

Je me demande : jusque quand? Jusque quand va-t-on vivre, elle et moi, dans une ville aussi polluée, dans une ville aussi stressante, tellement aux antipodes de tout ce qui pour moi définit la vie ? Ou est la joie? La nature? La simplicité? Même le contact humain semble de plus en plus étiolé, de plus en plus compliqué….C’est par exemple tellement difficile de se sourire les uns aux autres sans se trouver étrange, sans se trouver intrusif…Pourquoi? N’est-ce pas pire de klaxonner?

Pourquoi est-il tellement simple de faire du bruit avec une voiture et tellement compliqué de sourire à  quelqu’un et de lui dire bonjour? Il y a pourtant dans les deux cas de la communication, non?

Je vais chercher ma fille et je me demande. Ne doit-on pas entreprendre un changement drastique dans notre vie urbaine? Peut-être  la solution est-elle de tout rejeter en bloc et d’aller vivre à  la campagne comme mes amis Katia, Maher et leurs 4 bambins? Pourquoi rester en ville? Dans quel but?

Oui,  y’a  la culture, les gens, la vie sociale, tout ce que j’adore. Mais ne faut-il pas pouvoir d’abord respirer a plein poumons pour profiter pleinement de tous ces artifices? Essentiels certes pour nourrir l’âme mais pas suffisants pour la maintenir en vie.

Je me demande…Je me pose tellement de questions. Puis j’arrive a la garderie. Je viens récupérer ma fille. C’est enfin calme ici. Oui, le bruit des bébés mais calme quand même.

Je la porte dans mes bras, je lui offre le sein, on me regarde, ici et là , mais je m’en fiche, je l’allaite quand même. Je suis une maman nature dans une poubelle. C’est compliqué  mais c’est plus fort que moi.

Je la regarde et je regarde l’espoir dans ses yeux et je me demande comment faire pour qu’il reste intact. Quelle est ma responsabilité dans cette affaire? Quel avenir offrir à  nos enfants?

 

9 mois

IMG_3655.jpg

IMG_8305

Un mot hier est venu dire un état. Un mot existe pour dire avant.

Ce mot c’est le mot enceinte.

Il vient avec tout ce qui accompagne un mot : des connotations, des associations, des préjugés, des fantasmes, des peurs, toutes les idées qu’il porte.

Un mot porte beaucoup en lui et celui qui porte le mot le porte avant même de porter l’enfant.

Enceinte. Une femme expectante. Une femme qui attend.

C’est neuf mois.

On attend neuf mois. Tu comptes tous les jours au début, puis le temps passe, tu comptes moins ou alors tu comptes différemment, tu ne comptes plus en jours mais en semaines, tu ne comptes plus en semaines mais en mois. Mais certainement, tu comptes.

Attendre.

Voici la première impression, la première perception. Et tout ce qui nous attend va aboutir.

L’aboutissement, c’est une date de naissance. C’est vers elle que nous tendons, nos ventres et nous.

Cette femme expectante, je ne la vois pas car je ne sais pas ce qu’elle attend au juste. Qu’est-ce que c’est donc qu’attendre quand on ne sait pas ce que c’est ? Qu’est-ce que c’est ?

Si j’attends un train, un avion, un grand amour, une promotion, d’accord, mais un enfant ? Peut-on dire qu’il est possible d’attendre un enfant ?

Qu’est-ce que cela veut dire de l’attendre? Qu’est-ce que cela implique ?

Et puis qui attend-on lorsqu’on est d’emblée doublée d’un autre, comment l’attendre alors qu’il est déjà en soi?

Se doubler d’un autre, le porter, ne plus être un, et devoir en même temps conserver son unité et dire : je l’attends…comme s’il n’était pas la. Comme si on n’était pas déjà née de lui mère et lui de nous fils ou fille….Pourquoi ? Pourquoi ne pas dire par exemple nous nous attendons l’un l’autre? Nous nous portons l’un l’autre? L’enfant porte en lui la mère. La mère porte en elle l’enfant.

Cette inscription temporelle qui nous fait des personnes qui attendent alors que l’autre vie dans le sens d’un « nouveau sens aux choses » a commencé a faire son bout de chemin des l’annonce de la grossesse.

Je pense aussi aux enfants qui ne naîtront pas…N’ont-ils pas pourtant né la mère?

Enceinte.

Un état qui s’inscrit forcement dans une durée infinie.

Quand on a porté, on porte pour toujours.

On ne sait de la durée du portage que le commencement- et encore- cette fameuse date de naissance….

Mais drôle est cette précision dans le flou total qui est par la suite la vie. La fameuse « date de naissance ». Cette façon de dire, de penser : on accouchera ce jour-ci ou ce jour-la, alors qu’en réalité on accouche une mère, et quand on accouche une mère, ce n’est pas la date de naissance qui compte puisque accoucher une mère, ca n’arrive pas du jour au lendemain, ca n’arrive même pas en neuf mois.

Parfois même ca n’arrive jamais.

 

Allaiter : une thérapie pour les seins

IMG_0472

Elle est née. Le ventre est remonté dans les bras. Il est vide. Ils sont pleins. Des yeux étrangers regardent dans mes yeux. Une bouche minuscule saisit le téton. Ca y est. J’allaite.

J’y ai pensé . Beaucoup. J’ai lu tous les articles qu’il faut. Tous les conseils qu’il faut. Toutes les astuces. Maintenant, s’appliquer. Ne pas se laisser hantée par les histoires de “tu n’auras pas de montée de lait”. Non. Ne pas. Se laisser aller, donner le meilleur de soi. Même si les deux propositions sont contradictoires. Leur permettre de cohabiter maintenant dans une façon des bras de se pousser a l’effort.

Mes bras. Un sol pour bébé  .

J’éprouvais alors cette peur qui ressemble tellement a celle que j’ai eu avant de tomber enceinte. En suis-je capable ? Vais-je pouvoir tomber du lait? Je ne sais pas comment on l’imagine moi ce lait tomber car je n’ai jamais vu de mes propres yeux des tétons gicler….

J’ai entendu des histoires contradictiores. Des mamans qui y arrivent naturellement. Des mamans qui n’y arrivent pas. Je dis arrive. Je crois encore que c’est une course avec une ligne d’arrivée. Le lait giclant comme du champagne. La victoire.

J’ai entendu tellement de rumeurs mais j’ai rarement entendu des histoires sur des mamans qui doutent, simplement, des mamans qui doutent. Des mamans comme moi.

Mes seins. De nouveau, sur le banc des accusés. De nouveau, jugés, étudiés, testés. Avant, la question de leur beauté. L’accès qui rend éligible au dénominatif de “féminine”. Maintenant le deuxième procès. Le jugement sur leur capacité a nourrir l’enfant, le calmer, lui procurer un certain bien-être.

Il est possible que je sois rendue coupable, si je n’y arrive pas…

Alors voila, les seins s’épaississent comme des ballons. Deux énormes ballons. J’ai mal dans l’utérus qui se contracte. J’ai mal sur le bout du téton qui est tiré par cette minuscule mâchoire. Le ventre fond, semble remonter vers la poitrine pour l’épaissir. On dirait que je suis enceinte des seins. La maternité va du ventre vers le Coeur. L’utérus se contracte, le poitrine s’ouvre. La production d’occytocine me rend ivre.

Soudainement, je ne m’appartiens plus. Mes seins doivent être  disponibles tout le temps. Telle une baleine échouée, étendue  sur le lit, un sein pend sur le drap, puis c’est au tour de l’autre de pendre….

Ca n’en finit plus.

Cette petite mâchoire a beau être petite, elle a terriblement faim. Elle est bien mignonne c’est vrai. Mais terriblement demandeuse.

La petite créature. Prend-elle du poids? A-t-elle encore faim ? Je n’ai pas le temps de me poser que de nouveau, le sein qui s’offre, le sein qui pend…mes questions qui se brisent sur ces mâchoires. Je ne pense plus, je me soumets.

Progressivement, l’expérience  pénible et douloureuse, devient plus simple, plus confortable. Je ne me pose plus trop de questions. Un petit battement de cil et hop, le sein pendu s’en occupe. Il m’arrive désormais de le regarder gentiment se donner, de le regarder non plus comme cette chose pendouillante que j’arme d’un soutien gorge tous les matins, mais comme une structure a part entière, avec un joli téton au bout. Je le considère plus sérieusement. J’ai le temps de le considérer. J’en viens même a penser qu’il est joli même  s’il est vraiment très très gros. Pour la première fois, je l’observe dans sa facon d’être fonctionnel et maternant. Mais aussi dans sa façon d’être une partie de mon corps qui ne se cache pas.

Les jours passent. L’expérience de l’allaitement prend de nouvelles couleurs. Elle m’ancre plus dans un présent paisible et doux. Je me donne, et quand on se donne sans trop y penser, c’est doux.

Je ne ressens plus aucune douleur. Je commence même a prendre du plaisir a allaiter. Etre cette source d’amour et de nourriture directe.

Etre  source.

Plus ma fille grandit, plus l’expérience agit sur les sens. Elle tête un sein, elle touche l’autre, tirant parfois sur le téton, caressant parfois la peau qu’il recouvre.

Avec ses petites mains, me fait des câlins….

La nuit, avec ses yeux fermés, ses lèvres cherchent le téton. Lui donner le sein, c’est lui donner cette certitude qu’elle est en sécurité la nuit. Elle ouvre les yeux, me regarde la bouche encore sur le téton, et me voila touchée dans le Coeur. Je suis le monde pour elle. Moi. Le monde. Pour elle. Pour ce petit Coeur battant. Quelle musique. Une berceuse pour mon Coeur troué de balles.

Mes seins. Je les ai détesté, ignoré. Maintenant, je les aimes bien. Et plus elle grandit, plus je les aime bien, car quelque part, la croissance  de Tulsi leur est due. La croissance de l’amour pour mes seins aussi, avec elle. Je me dis qu’ils ne peuvent être si mauvais ou si laids s’ils font grandir un être et s’ils en ont fait naitre un autre : une femme, mieux dans son corps, dans sa peau.

Je les touche. Je ressens un nouveau plaisir a être touchée. Une sorte de reconnection a la sensualité et je me dis pour la première fois : s’ils ressentent tout cela, c’est qu’ils sont vivants, c’est qu’ils sont beaux. Ma fille les a réveillés d’une longue insomnie, d’un long coma. Elle les a réhabilités, les a rendu dignes d’amour, dignes d’être ce qu’ils sont, et non ce que la société consommatrice a voulu d’eux qu’ils soient.

Etre touchée sur le sein puis dans le Coeur, ca rend beau.

Ca n’a rien a voir  avec la plastique soumise aux criteres cruels de la raison et d’une société débile. Non.

C’est l’interiorisation de la beauté par l’amour. Le reflet de l’amour par le sein.

Pour le sein.

 

 

Ce matin, sous les bombes

IMG_5287
Le matin des bombes, portant la petite Tulsi
Les premiers jours ayant suivi la naissance de ma fille, je me souviens très bien de ce moment ou nous étions tous les trois allongés  sur la terrasse à contempler le ciel et le jour qui se couchait. La vue était mêlée de rose, de bleu et de couleurs douces.
Je tenais Tulsi contre moi, enveloppée dans un tissu bleu. Elle dormait, minuscule, les petits poumons se soulevant pour se blottir contre mon Coeur. Son expiration, un souffle pour le visage.
Mon regard sur le ciel s’approfondissait. Aucun mot.
Plus mes yeux fixaient le ciel, et plus s’affirmait en moi le sentiment de me confondre en lui. La beauté de ce que je vis -et pourtant que je croyais voir tous les jours, car tous les jours, je m’allonge sur cette terrasse- me coupa le souffle. Je dis beauté car c’est le mot qui me vient d’abord à l’esprit, mais peut-être que d’autres mots pourraient dire mieux. Ils diraient alors que  c’était une paix incroyable, un moment de suspens dans le temps, une bénédiction.
Je me souviens avoir évoqué cet instant à Nabil, lui avoir dit combien le ciel était particulièrement beau aujourd’hui. Il avait répondu qu’il l’avait pensé lui aussi. On se comprenait tous les deux.
N’était-ce pourtant pas le même ciel qu’hier?
Qui était donc cette femme qui le voyait maintenant autrement?
Deux jours plus tard, des bombes ses jetèrent sur Tripoli au Coeur de la nuit et au petit matin. On les entendait de façon très distincte. Comme j’allaitais Tulsi toutes les deux heures, j’assistais à  ce spectacle cacophonique avec effroi. À chaque retentissement, je priais que ce soit le dernier.
D’un côté, l’euphorie d’être mère avait saisi tout sur son passage, le temps se dérobant complètement. D’un autre, l’inquiétude pour la première fois depuis longtemps de la situation du monde et de la responsabilité incroyable qui était devenue mienne d’avoir naquis cette enfant.
Les bombes, je les avais déjà entendues, mais cette nuit-, elles résonnèrent différemment en moi. Je les entendais non pas avec les oreilles, mais avec le Coeur d’une maman. Une prise de conscience soudaine, à la vue de cet enfant, la rendait maintenant si réelle. Je regardais Tulsi dans mes bras effrayés. Je regardais en moi sa fragilité qui était maintenant accrue par monde bruyant, destructeur, effrayant.
Qui regardais-je vraiment? Elle ou moi ?
Soudainement, je n’étais plus seule. Je n’étais plus la femme forte qui n’avait pas peur de mourir. Soudainement, j’eus peur pour moi et pour ma fille, et mon travail spirituel qui m’avait appris ( je le croyais !) à prendre des distances avec la peur de la mort semblait avoir perdu tout son sens.
J’avais peur. Peur de mourir. Je pris conscience que ma fille pouvait mourir. J’avais peur pour elle. J’en tremblais et des idées noires m’enveloppaient. Je venais pourtant de voir un ciel bleu et rose, je venais de voir un ciel de Bonheur promis…
Avais-je en donnant naissance à Tulsi donner naissance à une femme qui avait peur? En donnant la vie, perd-on quelque chose de ce qu’on avait décidé pour soi? Une vision? Une force? La vulnérabilité tout à coup me regardait dans les yeux et me prit dans ses bras.
J’avais peur comme on a peur du loup. Je me l’autorisais complètement. Je m’autorisais à avoir la peur vitale et le désir puissant de vivre était plus présent que jamais.
Je voulais vivre. Je voulais vivre comme je ne l’avais jamais voulu.
Vivre pour qui? Pour moi, pour elle? Vivre pourquoi? Il n’y avait pas de réponse, seulement un élan incroyable et spontané vers la vie. Un élan qui n’avait pas besoin de se justifier, ou de justifier le sens de la vie.
J’avais envie de vivre, voilà tout ce que disait la voix intérieure. Envie de vivre pour aucune autre raison que l’envie de vivre. Rester dans le monde. Et mieux encore, rester avec l’envie et le désir d’un monde en paix, d’un monde heureux.
J’étais devenue vulnérable, toute petite, une enfant qui a peur du loup. Et en me laissant aller à mon instinct de survie, je compris avec le temps qu’en ayant donné  naissance à ma fille, je n’étais pas juste devenue une mère pour elle, et elle une fille pour moi. Non. J’avais soudainement accès à la maternité de tous les êtres, le désir de materner chaque enfant, chaque enfant dans chaque adulte, chaque adulte dans chaque enfant, chacun être humain, chacun être vibrant de vie, chaque plante, chaque animal, petit ou grand. Et c’est dans les bombes que l’amour continuait à germer en moi, incapable de se contenir, complètement hors de mon contrôle, un amour de l’autre grâce a ma fille.
Dans l’obscurité, j’entrevis de la lumière. Dans la maternité, je côtoyais la mort pour de vrai. Je pris conscience que j’allais mourir un jour et que ce beau ciel qui m’avait été offert me rappelait tout simplement de l’éphémérité de la vie et que ce qui est cruel, pour nous et nos enfants, c’est de l’oublier.

Le sein dans tous ses états

Tulsi et moi vues par Nabil

FullSizeRender.jpg

La magnifique peinture de Schiele, Mother & ChildFullSizeRender.jpg

I’m a good enough mother

Em Tulsi
Em Tulsi

We could ask the question differently.

We could wonder : Is this a good enough world ?

And then, we would be tempted to wonder : What is the world ? Is the world an objective reality ? Is the world a subjective reality ? Maybe Both ? Maybe your reality, your perception or your kids perception or your neighbours perception ?

Or all those things together ?

It’s the same about being a mum.

You are not an objective reality.

Or just one woman.

You’re not even just a woman.

You’re also this soul that is not defined by your gender.

You are this soul and reality that is not just defined by your motherhood.

When it is true that your soul is contained within one body, you can be many women in ONE.

And in the same way, you can be many mothers in One.

You can be the careful mother, but also the worried mother, the carrieristic mother and then the dedicated mother in the SAME day.

All these women are not actresses. They are you. They are not playing in a movie, they are playing in the playground of life.

Where does the conception of the perfect mother comes from ?

Where does this fear of never doing enough comes from ?

Are we living our lives like a competition that we win or loose ? Arent we, when we are only motivated about the results of our actions, living in the theory of our life instead of living the life itself, with all the contradictions within?

Life is not something we can only act upon even if we are told the opposite. Many times in our lives, we need to surrender and accept that we cannot control everything. We cannot control that someone doesnt love us anymore, we cannot control that we are suddenly very sick, we cannot control death or accidents. Yet we continue to live after big and small events. We continue to live and we continue to change.

Take for instance a couple. In the beginning it’s all about passion, then it changes into something more mature or just different, sometimes the couple stays a couple sometimes it doesn’t…But if we had to judge the couple, what should we judge ? Which moment, which period of the couple should we judge ? If let’s say, they break apart, does this mean that they were not meant to be ? But then what about all the beautiful moments the couple had together ? What about all these lessons they taugh each other or they taugh themesleves ? Which part of the history should we record ?

We maintain the false idea that things must go one way because we were taugh that we win or loose. No middle. But that’s not true.

We just live. And life is not static.

It’s « living ». That’s why we call it « life ».

Same with motherhood. Motherhood is a living thing. Like a tree, like anything that grows, it changes shapes. Sometimes it needs sun, sometimes it needs water, sometimes it grows quickly and sometimes not. And it’s still the same tree.

It has to deal with something bigger than itself : duality. Our kids need separation to become independant and stronger. But they also need bonding. Does this mean that we have to make one choice ? No. Same with mothering.

When I wake up in the morning in a bad mood for whatever reason, it just means I’m in a bad mood. It doesnt mean i’m a bad mother. If I shout at my husband, at my kid, and then realize i was wrong and apologize, it doesnt mean i’m a bad mother, it means i’m a healthy humanbeing realizing its behavior and conscious about its limits. Of course, I need to be aware. I need to be aware of the world I live in and make the best choices i can make. But I only have the responsability of the duty, not the responsability of the result.

I’m a good enough mother because I care and I doubt myself. That’s already making me a great mother.

But i’m also a good enough mother because I’m a happy woman and i care about myself. That’s already making me a great mother.

I’m a good enough mother because I’ve accepted to let go and i’ve taugh my kids by letting go, to let go too.

I’m a good enough mother.

And so are you.

Pourquoi ai-je fait un enfant ?

Tulsi, le premier jour de sa vie

Il y a des réponses qui existent. On le sait tous. Ce qu’on ignore c’est quand on elles existeront enfin pour nous.

C’est quoi de dire : tu verras, être maman c’est la plus belle chose au monde, quand tous les matins, on se réveille avec l’envie plus ou moins de mourir.

Ce n’est pas une réponse, certainement. Ce n’est même pas une question.

Pour certaines peut-être, il suffit d’un regard. C’est comme le coup de foudre. Et pour d’autres, le regard ne suffit pas. Ni sa multiplication. Ni même la certitude intellectuelle qu’être mère est merveilleux.

Pour moi, il aura fallu un an. Un an pour réaliser que j’aimais être mère. Un an pour répondre à la question : un enfant, pourquoi ?

Ca s’est produit un matin, le sentiment lumineux. L’impression qu’une ombre se levait pour éblouir l’être au fond de l’âme.

C’est en fait bien plus profond que je ne le croyais, une âme. C’est même très très très  profond. On ne sait pas si on ne fait pas l’expérience de vivre jusqu’au bout nos contradictions, combien une âme peut contenir de lumière.

Ce matin, je m’étais levée différente, je m’étais levée sans doutes, sans questions, sans raisonnements. Et j’ai dit pour la premiere fois, non pas devant une foule, ou devant mon mari, ou devant une amie, mais à moi-meme, j’ai dit : j’aime ma vie et j’aime être maman.

On dit qu’il faut donner beaucoup d’eau aux graines pour en faire un arbre. Je ne sais pas combien j’ai été arrosée. Je sais toutefois qu’en une seule nuit, je suis passée d’une question qui me semblait promise a l’éternité à une réponse sans appel.

J’aime être mère.

Je sais que cela n’a pas été le produit d’une réflexion particuliere, d’un raisonnement particulier, d’une révélation externe ou d’une auto-persuasion qui sur la longue aurait porté ses fruits.

Non. J’ai simplement admis que j’aimais être mère sans faire aucun effort, sans lutter contre quoi que ce soit, sans essayer de comprendre pourquoi, comment.

C’est vraiment quand j’ai cessé toute entreprise de comprendre par la rationalité l’origine et la profondeur de mes questionnements, c’est quand j’ai cessé  de me forcer d’éprouver quoi que ce soit, qu’a pu jaillir de l’obscurité une lumière.

Comme un arbre, un champignon, une fleur. N’importe quoi qui jaillit de sous la terre pour envisager le soleil.

J’ai vu le soleil.

Pas avec les yeux, mais avec la compréhension essentielle qui n’est saisie par aucun organe du corps.

Pour bien comprendre l’état  dans lequel j’étais avant il faut s’imaginer une femme dans le corps d’une taupe.

La taupe cherche la lumière qu’on promet à toutes les mères. Un sens, une réponse, le calin d’une certitude.

Un peu comme pour ceux qui se demandent : est-ce que je crois en dieu ? Est-ce que je crois au paradis ? Est-ce que je crois aux miracles ?

La taupe se demande : est-ce que je crois en la maternité ?

Et si je n’y crois pas, poursuit la taupe, pourquoi ai-je donc fait un enfant ?

Si la mère porte la vie, c’est qu’elle le veut. C’est ce qu’on a dit à la taupe….

Mais quand la taupe est tombée enceinte, pensant le vouloir très fort, son monde s’est écroulé Il n’y avait plus de ciel car l’enfant l’ancrait, et comme la taupe se sentait piégée, c’est sous la terre qu’elle s’est ancrée (et pas dessus).

Pourquoi ai-je fait un enfant ?

Le doute, le doute, toujours le doute. Des idées noires parfois…

Mais surtout…la culpabilité.

Cette impression de confirmer le monde en procréant. Ce sentiment de jouer à la comedie du monde en lui faisant un enfant qui un jour lui aussi allait mourir (et par ma faute, puique c’est moi qui le naissait !) Le sentiment aussi de faire désormais partie de ceux qui ont des enfants, et qui doivent agir comme les gens qui ont des enfants. Egoistement. Adorés de la société de consommation. Des enfants qui iraient un jour à l’école comme tout le monde. Des enfants pour tout recommencer…et pourquoi?

Le sentiment d’être une conservatrice qui a reproduit le schéma de ses parents alors qu’elle aurait pu tout bonnement se consacrer aux « grandes » choses de la vie : l’écriture  romanesque, l’aventure, l’aide aux démunis…

Les grandes choses. La vie sauvage. La vie rebelle.

Et pour moi, alors, la vie sans enfants.

Enceinte, fatiguée et démunie, je me suis demandée si c’était une facon pour le cosmos de me préparer à la fatigue d’être mère  ou encore si c’était sa manière de me dire que pour donner la vie, il fallait côtoyer la mort. Ou que c’était la fin d’un cycle, qu’en devenant mère, je me tuais un peu moi-meme, j’accédais enfin à ce que serait ma mort.

Oui, la grossesse était triste. Elle n’etait faite que d’inconnues.

Qui est cet enfant que l’on porte ? Que devient la vie quand on cesse de le porter et qu’il existe pour nous pour toujours ? Pourquoi faire un enfant dans un monde pareil, un pays pareil, ou on peut à peine respirer dans les rues ? Pourquoi faire un enfant quand des millions d’enfants souffrent ?

La question revenait incessamment. La culpabilité de porter l’enfant et de l’offrir au monde…La croyance que c’était moi qui décidais de le porter…et de l’offrir…que c’était moi qui faisais son monde, le monde….

Je croyais fermement que c’était moi qui decidait. Et quand j’en parlais à Nabil, il disait :

« Mais tu n’as rien décidé du tout, c’est arrivé, c’est tout. Ce n’est pas toi. C’est plus grand que toi… ».

D’autres questions me taraudaient.

Quelle femme en effet devenais-je en accédant à la maternité ?

Toute mon éducation et la société dans laquelle j’ai grandi, m’a appris à être belle sinon intelligente.

Et si je n’ai ni l’un ni l’autre, alors elle m’aura appris à être gentille, serviable, organisée, inventive, travailleuse, bonne élève, cancre, artiste, comptable.

Et j’en passe.

Mais jamais la société ou ma famille ne m’a appris que je pouvais aussi être une maman.
Je ne me souviens pas, jamais, qu’on m’ait dit : un jour, tu deviendras maman. On m’a certainement dit : tu auras un jour des enfants. Mais jamais on ne m’a dit : tu deviendras maman.

Maman. Je dis bien maman et je ne dis rien d’autre.

Jamais à l’école quand on nous parlait de l’avenir, je n’ai entendu dire de la bouche de mes amis : moi plus tard, je veux être maman. C’etait une chose qui coulait de source. Mais ce n’était pas un « devenir ».

Pourquoi ai-je fait un enfant?

Je ne pourrais pas répondre à cette question car je ne l’ai pas fait, l’enfant. C’est lui qui m’a fait maman.

Je ne peux pas dire pourquoi car la réponse se précise tous les jours un peu plus. Je dis bien un peu plus. Car la réponse c’est l’amour. Et il ne décroît pas.

Je ne peux pas répondre à cette question car c’est comme de dire, j’ai besoin de voir Dieu pour croire en lui. Mais voila, je crois en la maternité et je n’ai aucune preuve, je n’ai rien à enseigner à personne, je n’ai rien à dévoiler sur comment un jour on se permet d’aimer.

Et ce matin, la lumière. Ce matin, la douce compréhension qu’il n’y a plus rien à comprendre, et tout à laisser aller.

La compréhension que le cœur qui ne peut pas se laisser a l’amour a besoin du temps dont il a besoin et que c’est de l’amour que de lui donner le temps dont il a besoin.

On pense si souvent que l’amour est une chose qui va de soi. Mais ce n’est pas vrai. L’amour est un mystère qui n’a aucune loi.

Create a free website or blog at WordPress.com.

Up ↑